Plasticienne scénographe

Plasticienne et scénographe, Caroline Delannoy alterne des périodes de travail personnel et d’expositions, et un travail très plastique de décors, scénographie et costumes . Centré sur la notion d’« impermanence », elle nourrit son sujet de rencontres humaines et artistiques depuis une vingtaine d’années. Dans le même temps où elle habille des textes, des scènes et des comédiens, s'élaborent dans son atelier des constructions poétiques de l’espace habité par le corps.

 

Qu’elle réalise des sculptures, des totems, des installations sonores, des performances, des peintures calligraphiques, des vidéos exploratoires, dans la profusion des matières et des symboles, partout elle invoque le corps. Corps absent, présent, perdu, rêvé, sculptures de papiers comme des mues, translucides et vibrantes; bois, tissus, cordes, fils, comme des os, des chairs, des nerfs, des muscles; traces, écritures, sur le papier, la peau, la toile. Elle construit des nids, des cabanes, des cocons, des passerelles,  interpelle les corps dans leur déploiement, ouvre des espaces suspendus, inversés, fracturés, recomposés.

Hors d’une logique de re-présentation et d’imitation, elle manifeste dans le visible les rituels de son processus créatif:  Elle coud, teint, tresse, tisse, tricote, noue, enroule, colle… récolte, récupère, recycle, et évoque, suggère, répare, en puisant à l’essence de l’enfance et de la féminité, comme dans sa fascination pour l’art brut et les objets rituels d’Océanie, d’Afrique et des Amérindiens.  

Aujourd’hui, c’est dans l’ évidente convergence de ces pistes multiples que se projette l’évolution d’une démarche de prospection complexe, paradoxale et réversible.